C’est con comme question ?!?

On se pose tous les jours de questions surtout nous les filles 😉 mais il y a des jours où on se pose des questions qui servent à rien mais qu’on se pose quand même !

Petite pêle-mêle de ce type de questions…

Les questions qui font hésiter pendant une heure

  • Je le prends en canette ou en bouteille ? En light ou en zéro ? 1 litre ou 1,5 litre ?

Je réfléchis. Je reviendrai après avoir pris les yaourts. Nature ou fruits ?

  • Je mets ma robe noire ou ma robe bleue ? Je mets la noire. Ou la bleue.

Pourquoi je me les pose ? Parce que j’ai peur de me tromper, peur qu’une des options soit mauvaise. D’accord. Sauf que si une des deux options était réellement mauvaise, ça se verrait et je n’hésiterais pas. Donc, si j’hésite, c’est que les deux options sont bonnes. Alors plouf plouf, l’un ou l’autre, ce sera bien.. Je mets ma robe noire ou ma robe bleue ? Je mets la noire. Ou la bleue.

Les questions qui permettent de rejouer le match

  • Si j’avais disposé d’un 95 D et d’une pièce supplémentaire pour ranger ses planches de surf, serait-il resté ?

Lui, peut-être, mais moi, pas sûr.

  • Si je m’étais appelée Sophie Zuckerberg, mon banquier m’aurait-il accordé un prêt voiture à moins de 32 % ?

Zuckerberg, je suis certaine qu’on le laisse même payer en trois fois sans frais.

  • Si j’étais tombée sur au moins UNE question sympa au Trivial, est-ce que j’aurais pu finir avant-dernière ?

Mettons trois questions sympas.

Pourquoi je me les pose ? Pour me projeter dans une vie meilleure, où justice enfin me serait rendue. J’ai bien le droit de m’apitoyer sur mon sort de temps en temps.

Les questions dont je connais la réponse

  • Est-ce qu’il vaut mieux acheter ou louer ?

Acheter. Mais je vais louer pour avoir plus grand qu’un studio de 12 mètres carrés.

  • Est-ce bien raisonnable de reprendre un œuf Kinder ?

Non. Mais je vais le reprendre quand même.

  • Bon, je me les achète ou pas, ces vies « Candy Crush » ?

Évidemment. Mais je le nierai sur mon lit de mort.

  • Je regarde « Des racines et des ailes » sur France 2 ou « Raging Bull » sur Arte ?

« StreetDance 3 » sur NRJ 12.

  • Frites ou salade ?

Nutella.

Pourquoi je me les pose ? Pour m’acheter une bonne conscience à peu de frais et me donner l’illusion que mes décisions sont issues d’une réflexion véritable plutôt que des sept péchés capitaux.

 Les questions qui anticipent le pire

  • Si je prends cet ascenseur et qu’il s’arrête au milieu, est-ce que je vais paniquer et est-ce que dans ma panique je vais aspirer tout l’air disponible dans la cabine et mourir à petit feu sans avoir eu le temps de dire au revoir à mes canaris ? Statistiquement, c’est hautement improbable. Je risque de vivre une situation inconfortable, voire très inconfortable, mais dangereuse, non. Sans compter les étapes intermédiaires avant le pire : ascenseur qui fonctionne, bouton d’appel, arrivée des secours, etc.
  • Si ce fucking camion de livraison reste une heure dans cette rue et que j’arrive en retard au milieu de la réunion et que le chef est dans son jour « je veux que ça saigne, coupez-moi des têtes », est-ce que je vais me faire virer, et ne jamais retrouver de boulot et retourner vivre chez mes parents qui n’ont pas le wifi ? Idem. Avant la cata, y a une bonne dizaine d’étapes qui la rendent hautement hypothétique. En plus le livreur a un truc de Joseph Gordon-Levitt, je vais aller l’aider, on gagnera du temps.
  • Si je laisse Vincent s’occuper du pique-nique et qu’il oublie l’eau, le décapsuleur et le tire-bouchon, est-ce qu’on sera tous obligés de boire l’eau directement dans la rivière après les chips ? Non, il faudra juste se taper 40 bornes aller-retour pour rapporter une gourde.

Pourquoi je me les pose ? D’un tempérament anxieux, voire angoissé, je panique dès que je ne suis plus en situation de maîtrise. Je cherche l’étape suivante pour m’y préparer, et aussitôt ma peur, la vacharde, me propose la pire option possible. Quand on a la créativité qui galope plus vite que la raison, le mieux, c’est de respirer profondément et de passer son week-end avec un bon bouquin.

 Les questions qui visent à repousser l’inévitable

  • Si je fais une heure de sieste, que je mate trois vidéos sur YouTube et que j’essaye un nouveau bun, me restera-t-il suffisamment de temps pour envoyer ce mail urgent que je n’arrive pas à rédiger ? Non, je vais devoir, ivre de stress, bâcler deux phrases dont la moitié des mots auront les lettres inversées, et mon destinataire le recevra pile cinq minutes après la dernière limite.
  • Ce gratin séché dans le plat que j’ai la flemme de faire tremper dans l’évier, ça peut attendre demain, non ? Ça peut. Si je tiens vraiment à souffrir de la Gratounette, ça peut.
  • Si je mange cette raclette, que je l’arrose de vin blanc, que je reprends deux fois du dessert en médisant de ma voisine, avant d’enchaîner clope sur clope et sieste, et que je repousse mes résolutions de nouvelle année à demain, est-ce que ce sera toujours valable, sachant que demain c’est le 6 mai ? Non.
  • Le moins douloureux c’est de le plaquer avant ou après les vacances ? Avant. Là, il ne sait pas encore que je le trompe.

Pourquoi je me les pose ? Pour me donner l’impression que la question m’embarrasse alors qu’en réalité, c’est la situation qui m’embarrasse. Je dépense des tas de neurones pour repousser au lieu de résoudre et ce temps perdu suffirait souvent à régler le problème.

 Les questions qui se ressassent comme des mantras

  • Est-ce qu’il va m’appeler ? Il a intérêt.
  • Est-ce que ce PC va arrêter de planter ? Oui. Dès que le copain appelé à la rescousse appuiera sur un bouton au hasard.
  • Bon, elle veut bouillir cette eau ou pas ? Non. Et plus je la regarde, moins elle va bouillir.
  • Est-ce que je vais décrocher ce poste, hein, est-ce que c’est moi qu’ils vont prendre ? J’ai assuré comme une malade et on n’était que 743 candidates, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas moi.
  • Mais pourquoi il ne sèche pas ce vernis ? Parce que je viens de le mettre et que maintenant, forcément, mon nez me démange, mon mobile sonne, l’eau bout.
  • Quelqu’un a vu mon portable ? Non, personne, puisqu’il est au fond de mon sac.

Pourquoi je me les pose ? Par cette incantation, j’essaie d’agir et d’infléchir le cours d’événements qui, hélas, ne relèvent plus de ma volonté. Quand on veut quelque chose très très fort, on se dit qu’en fermant les yeux et en y pensant très très fort aussi, ça peut se réaliser. Statistiquement, ça doit finir par fonctionner, c’est ce qu’on appelle un miracle.

 Les questions qui mettent de l’ordre dans une vie que je n’ai pas

  • Si je gagne des millions au loto, je fais quoi ? Pour éviter les droits de donation aux proches, je déclare que nous avons acheté le ticket en commun, puis je fais un placement sécurisé pour vivre de la rente, à l’exception d’un petit pactole dépensé en appart, chaussures, chardonnay et vernis O.P.I.
  • Si je ne devais plus manger qu’un seul truc pendant toute ma vie, qu’est-ce que je choisirais ? Les petits pois.
  • Si je ne devais plus m’habiller que d’une seule façon, qu’est-ce que je porterais ? Jean noir, col roulé noir, bottines en cuir, mais à semelle souple et crantée : une tenue suffisamment chic pour un entretien d’embauche mais suffisamment confortable pour courir dans la jungle. Je serais parée à toute éventualité.
  • Combien d’euros pour que je tente de traverser la Seine à la nage ? Je commence à réfléchir à 100 000 euros l’été, 200 000 l’hiver.
  • Une île déserte, sans électricité, mais avec une cabane équipée du strict nécessaire. J’ai droit à une valise, quoi dedans ? Des photos de la famille et des amis, des livres, des cartes et une guitare maintenant que j’ai le loisir d’apprendre.
  • Si je remporte la Palme d’or, je remercie qui ? Ma famille, mes amis et les producteurs qui ont eu la drôle d’idée de me confier un film alors que je n’y connais rien.
  • Si j’étais un animal, je serais ? Un ornithorynque, pour faire chier les scientifiques.

Pourquoi je me les pose ? Pour sonder mon âme et me connaître mieux. Pour ne pas être prise au dépourvu en cas de fortune, d’incident nucléaire ou d’interview d’un magazine féminin. Pour aider Proust à remplir son questionnaire et parce qu’il reste encore six personnes dans la queue devant moi. D’autres, moins raisonnables que moi, ont poussé le concept un peu loin en se demandant s’ils préfèreraient vivre avec des jambes de six mètres ou des bras en mousse. Mais ce n’est pas du jeu si ça ne fait pas vrai.

Les questions cons

On en trouve des pages entières sur le web, elles s’autoproclament ‘Questions cons’, mais elles méritent réflexion. Florilège.

  • Si c’est mauvais de grignoter la nuit, à quoi sert la lumière dans le frigo ? .
  • Quand quelqu’un se fait super mal devant moi, qu’il hurle de douleur et se roule par terre, pourquoi mon premier réflexe c’est de demander : ‘Ça va ?’ .
  • Pourquoi les héros ne souffrent pas en combattant et grognent de douleur dès qu’une femme les soigne ?
  • Pourquoi les Marsupilami ont un nombril puisqu’ils naissent dans des œufs ?
  • Pourquoi je sursaute quand le grille-pain expulse mes tartines, alors que je m’y attendais ?
  • Pourquoi les crottes de moineaux sont noires sur une voiture blanche et blanches sur une voiture noire ?
  • Lorsque l’homme a découvert que la vache donnait du lait, que cherchait- il exactement à ce moment- là ?
  • Pourquoi appuie-t-on plus fort sur les touches de la télécommande quand les piles sont fatiguées ?
  • Pourquoi la colle ne colle-t-elle pas à l’intérieur du tube ?
  • Si une tortue et un escargot font la course, qui gagne ?
  • Pourquoi Gaston Lagaffe ne perd pas son travail ?
  • Pourquoi dans les films, les piétons poursuivis par une voiture courent sur la route au lieu de s’enfuir sur les côtés ?
  • Pourquoi les parents nous encouragent à parler et marcher pendant deux ans et nous disent de nous asseoir et de la fermer pendant les seize années qui suivent ?
  • Pourquoi les ballerines marchent- elles sur la pointe des pieds ?
  • Ne serait- ce pas plus simple d’embaucher des ballerines plus grandes ?
Publicités

Publié le 02/04/2014, dans Humeur du jour..., et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Dessins d'abeille - Blog BD

Ma vie est tellement drôle qu'il faut la faire connaître

Chroniques erratiques d'une emmerdeuse

Wandering City et tout le reste

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

BlueToad

MissRoBee DanleMiel

%d blogueurs aiment cette page :